Remise au domicile



Durant cette semaine, le chien doit être familiarisé avec les lieux et trouver sa place dans la maison. Le repérage de l’endroit pour ses besoins doit être fait.

L’intégration du chien dans la famille est une question importante, une partie des conseils avaient déjà été donnés lors de la visite à domicile, il faut maintenant les mettre en pratique.

Le déficient visuel doit rester le seul maître du chien, c’est lui qui décide des sorties, des repas, du jeu, du travail, des câlins, des besoins, etc … Toutefois il est certain que la famille a un grand rôle à jouer dans la réussite de l’équipe.

Le déficient visuel doit être la personne dominante et ne pas occuper une position secondaire au sein de la famille. Pour le chien, il est le maître, le leader.



L’éducateur doit aider le déficient visuel à faire comprendre à la famille le rôle du chien-guide, son rôle d’animal de compagnie, et les interventions que la famille doit avoir ou ne pas avoir. Rien ne doit être fait qui concerne le chien que son maître ne l’est pas décidé.

Si le déficient visuel travaille, l’éducateur veillera à ce que le chien soit accepté sur le lieu de travail, près de son maître, confortablement installé. Mais aussi à ce que les collègues aient un bon comportement, vis-à-vis du chien.

Le maître doit dorénavant diriger son chien sur des parcours qu’il connaît, mais que le chien ne connaît pas. Il va lui faire découvrir son quartier. Il doit donc employer les ordres connus par le chien : tout droit, à droite, à gauche, cherche la porte ou l’escalier.

Tout en lui répétant pendant la route : on va à la boucherie, on va travailler ou on va chez Untel. Plus tard, il suffira de prononcer : boucherie, travail ou chez Untel et le chien n’aura besoin d’aucune autre indication pour amener son maître à bon port. Les trajets sont refait autant de fois que nécessaire pour que le déficient visuel et son chien les connaissent parfaitement.

L’éducateur fait aussi du travail de repérage sur des parcours que le déficient visuel voudrait faire mais dont il n’a pas réussi à faire avec la canne. En cas de besoin on peut s’aider d’allumettes, de pâte à modeler pour faire des plans en relief, ou bien d’enregistrer une cassette audio.

Petit à petit une confiance mutuelle s’installe entre le maître et son chien, l’éducateur s’efface en restant en retrait et en parlant moins souvent.



Pendant la remise à domicile, l’éducateur assiste à la présentation du chien-guide à son nouveau vétérinaire.

En fin de semaine, l’éducateur fait une synthèse du travail effectué au domicile, révision des cours théoriques étudiés à l’école. En cas de difficultés, l’éducateur n’hésitera pas à rester quelques jours supplémentaires.

Au moment du départ de l’éducateur, le déficient visuel doit être en mesure d’effectuer seuls plusieurs parcours. Il doit se sentir à l’aise avec son chien et être capable de communiquer avec lui. Le déficient visuel s’engage à donner des nouvelles régulièrement à l’école.



* Le contrat de mise à disposition

Le contrat de mise à disposition du chien-guide n’est qu’un prêt provisoire; ce prêt ne deviendra définitif qu’à la suite de la visite de l’éducateur, entre six et neuf mois plus tard. Au cours de cette visite sera signer le certificat de conformité qui constitue le document définitif de prêt du chien par l’école de chien-guide au déficient visuel.

Généralement, le contrat de mise à disposition est présenté à la signature vers la fin du stage d’adaptation à l’école et souvent, les éducateurs profite de la visite de la famille de tutelle pour l’inscrire comme témoin.



Ce contrat contient les droits et les devoirs de chacun, en le signant le déficient visuel s’engage sur les points suivants :


-> A prendre en charge l’animal en ce qui concerne son bien être, la nourriture, les soins quotidiens et le suivit vétérinaire.
-> A entretenir par un entraînement suivit l’éducation correspondant à ses capacités de chien-guide.
-> A contracter une police d’assurance garantissant la responsabilité civile, et à en fournir une attestation à l’école.
-> A rester en contact avec l’école et à prévenir en cas de maladie ou de décès du chien.



De son coté, l’école s’engage sur les points suivants :

-> A rester en contact avec le déficient visuel.
-> A ce qu’un éducateur revienne au domicile du déficient visuel, entre 6 et 9 mois plus tard, pour vérifier que le chien se porte bien, qu’il est bien traité, que son carnet vétérinaire est à jour. lors de sa visite il effectuera une sortie travail en suivant le déficient visuel et son chien pour confirmer qu’il se sert de son chien en suivant les consignes de la remise, que lui et son chien prennent plaisir à sortir ensemble et qu’il puisse ainsi se rendre à ses activités journalières en sécurité.
-> A ce qu’un éducateur effectue une deuxième visite deux ans après la remise.

L’école se réserve le droit d’autres visites qui seront effectuées lors des déplacements des éducateurs dans la région.