Pré-stage


La personne en situation de handicap visuel doit obligatoirement faire un pré-stage d’un minimum de trois jours sur site. Sa participation financière se limite aux frais de transport de son domicile à l’école (aller/retour).

Durant ces trois jours, les éducateurs devront apprendre à connaître le déficient visuel (ses habitudes, sa personnalité, son parcours de vie, son rythme de vie etc….). Le but étant de le mettre en confiance,de le rassurer, lui présenter l’équipe de l’école et les lieux qu’il va fréquenter durant son pré-stage.






Le pré-stage reste une étape primordiale pour évaluer le déficient visuel sur ses capacités, ses réactions, son aptitude aux changements, sa facilité pour l’apprentissage, son sens de l’orientation, sa curiosité et son niveau de communication.

Au cours du pré-stage, le déficient visuel fera la connaissance de plusieurs chiens afin d’observer son approche avec l’animal. Les éducateurs p ourront découvrir le déficient visuel au travers de l’apprentissage, du toilettage, du nettoyage des oreilles, du toucher du chien, des caresses, de sa familiarisation avec l’odeur du chien et enfin de la pratique du harnais.

Pendant la période du pré-stage, un entretien avec un psychothérapeute et d’un instructeur qualifié en locomotion sera programmé pour évaluer la personnalité du déficient visuel et ses motivations profondes. Cet entretien permettra de cerner les difficultés, fragilités et sensibilités de la personne ce qui permettra d’orienter l’équipe sur la prise de décision finale.






*Exercices pratiques demandés :

-> marches classiques sur le site de l’école
-> tests accompagnés d’un guide humain ou un guidon de harnais
-> tests sur la facilité à intégrer les ordres et à réagir en cas de non-respect de ces mêmes ordres


* Les exercices en villes :

-> écoute de la circulation et analyse
-> reconnaissance des sens de circulation et des rues
-> aptitude à faire des choix sur les moments des traversées (passages piéton)
-> développement des autres sens : ouïe, odorat et toucher
-> connaissance du terrain


* Les exercices avec le chien :


A l’école :

-> obéissance de base sur ordres connus du chien
-> marche en laisse derrière le chien
-> apprentissage de la mise du collier, du harnais et de la laisse


En ville :

-> mise en pratique des ordres donnés avec le harnais (en avant, droite, gauche, tout droit, donne ou cherche les lignes, la porte, les escaliers, stop, attention, doucement etc…).





C’est à l’occasion de ces exercices que les éducateurs adapterons le choix du futur chien guide en tenant compte de la hauteur de la personne, de son allure, de son caractère et de l’intonation de sa voix.

Aussi, l’éducateur devra repérer ses craintes et ses crispations concernant le maintien du harnais afin d’éviter de rendre le travail du chien plus difficile et les mauvaises positions du corps. Il devra évaluer le niveau d’autonomie de la personne et son potentiel.

Les codes communication sont essentiels tant par la voix que par les mouvements de harnais. Ils doivent être clairs et connus du chien.


Pendant le pré-stage, le déficient visuel est accueilli et pris en charge par l’équipe technique. Le service administratif est à disposition si besoin pour d’une part, répondre aux renseignements demandés et d’autre part, seconder si nécessaire les éducateurs dans les prises des repas et sur le temps de présence à offrir à la personne accueillie.

Les repas doivent être accompagnés par le personnel de l’école. Ces moments favorisent la convivialité et la détente pour permette d’évacuer le stress et les craintes de cette nouvelle expérience. Néanmoins, l’éducateur doit rappeler les contraintes et les responsabilités qu’apporte un chien dans un foyer.

Si des problèmes de locomotion apparaissent, il sera possible pour le déficient visuel de faire appel à des spécialistes en locomotion. Ainsi le service « éducation » effectuera un suivi sur les progrès réalisés par le demandeur afin de fixer une date de remise de chien-guide.