12 à 18 mois

L'EDUCATION DU CHIEN-GUIDE

Pour entrer en éducation le chien guide doit satisfaire certains critères prédéfinis.
Son entrée en éductation est une étape difficile : le chien doit s'habituer à la vie de chenil et créer des liens avec son éducateur. Il va devoir travailler quotidiennement en ville, se concentrer et obéir.
Quelques informations à retenir :
-> Nombre de chiens à éduquer chaque année par éducateur : entre 3 et 5
-> Nombre de séances quotidiennes : 2
-> Durée de la séance : 1 heure
-> Période d'éducation : entre 6 et 8 mois
-> Lieux des séances : ville d'Antibes, ville de Biot, parc Valmasque et Vaugrenier et site de l'école.




LES CRITERES DE SELECTION DU CHIEN POUR ACCEDER A L'EDUCATION


Pour accéder à l'étape d'éducation de chien guide d'aveugle, le chien doit réussir les test de selection par l'éducateur. Ceux-ci sont listés dans la section "attitude" de la fiche de progression de l'éducation.

L'éducateur doit d'abord apprendre à mieux connaitre l'animal : sorties en laisse, ville ou campagne, jeux, obéissance, nourriture, soins, etc... Il doit être attentif à son comportement, ses réactions et doit favoriser le passage affectif.

La bonne mesure va permettre au chien d'avoir envie de lui faire plaisir à son éducateur, d'être heureux de sortir avec lui. L'objectif est de gagner la confiance du chien.


L'éducateur évalue l'ensemble des dispositions du chien en situations différentes :

-> Réactions envers les adultes et les enfants
-> Les animaux en chenil ou en liberté
-> Comportements à l'intérieur d'un domicile, en campagne, en voiture, en ville etc...
-> Les bruits secs, la circulation, les escaliers, la foule, les sous-sols, les magasins, le vent, la nuit, la pluie, le vide, les odeurs etc...



Un bon chien doit se montrer attentif à l'éducateur, concentré, receptif et aimer le contact avec l'éducateur. De plus, le chien doit pour s'adapter assez facilement aux changement d'environnements sans montrer de la nervosité, de l'agressivité, et de la peur. De plus, une grande sensibilité chez le chien peut entrainer des difficultés importantes dans l'évolution de l'éducation.

A la fin de la préiode de tutelle le chien doit maîtriser les ordres basiques que connaissent tous les bons chiens de compagnie (assis, couché, pas bougé, rappel, non, c'est bien doucement, ta place etc...)

Certaines familles affinent l'éducation du chien en rajoutant des ordres plus cibles comme la demande de position assise devant chaque trottoir, descente d'escalier et passage clouté.
Enfin, le chien mesurer au moins 52cm au garrot, avoir entre 12 et 24 mois et être en bonne santé (suivi vétérinaire + radio dysplasie).
Ne sont pas retenus les chiens peureux, agressifs, trop sensibles, qui manquent de concentration, plus receptifs aux distractions qu'à l'éducateur, ou ayant une santé défaillante.




LE DEROULEMENT DU PROGRAMME D'EDUCATION DU CHIEN GUIDE


A la sortie de tutelle, l'éducateur prend connaissance des fiches d'obéissances, des questionnaires tuteurs et de la fiche de progression de l'éducation. Des tests de sélection seront alors programmés.

L'éducateur s'étalera sur une période initiale de 4 mois qui pourra être étendue d'1 ou 2 mois en fonction de la facilité d'assimilation et des arrivés de demandes de personnes en situation de handicap.

L'éducateur du chien s'articule en quatre étape (1 étape par mois) et s'oriente sur 3 axes :

* La sensibilisation :

On appelle sensibilisation lorsqu'on attend du chien une réponse gestuelle due à une situation ou un ordre. Mais lorsque cela est nouveau, le chien doit découvrir la réponse grâce à des situations données : des stimuli.
C'est aussi la période où le couple chien/éducateur, se cherche, se teste, apprennent à se découvrir et à s'apprécier.

* L'apprentissage :

Le chien apprend en commettant des erreurs et l'éducateur tend à ce que ces reponses deviennent des réflexes en se servant de "stimuli" positifs ou négatifs. C'est l'éducateur qui décide quelle réponse sera récompensée. La conscience, la mémoire, l'accumulation et la sélection des expériences sont la base de l'apprentissage.
En fin de parcours d’éducation, les réponses demandées se compliquent face aux situations de plus en plus complexes qui lui sont imposées.



* Le renforcement :

C’est une phase d’apprentissage intense et régulière proposée en fin de parcours éducatif attachée à l’expérience du sujet, elle s’identifie par des récompenses ou des punitions. C’est aussi une étape ou l’affection entre le chien et l’éducateur se finalise.
Le chien doit avoir la volonté de faire plaisir, d’être soudé à son binôme, de reconnaître l’éducateur en tant que chef tout en ayant conscience de ses faiblesses. Le chien guide fera en sorte d éviter tout désagrément en adoptant des réponses adaptées pour satisfaire son maître.
La réussite du renforcement passe par la reconnaissance et l’acceptation des erreurs commises afin de les contourner pour que le déficient visuel ne soit pas en difficulté ou en danger. Cette période de renforcement a pour but de fixer le socle de l’apprentissage sur toutes les situations. L’éducateur doit mettre en place une connaissance approfondie de son chien.



En plus des acquis « d’obéissance », l’éducateur doit évaluer :

-> les capacités du chien pour adapter la durée des séances d’éducation,
-> la mémoire du chien pour retenir les nouveaux ordres et apprentissages,
-> son sens de l’orientation, sa forme physique, et sa capacité à fixer son attention.


Ce qu’il faut savoir :

-> L’éducation ne doit en aucun cas être forcée.
-> Le chien doit prendre du plaisir.
-> L’éducateur doit s’efforcer de rendre attractive chaque séance.
-> Le premier mois, le chien travaille uniquement en laisse (le harnais est utilisé qu’ au 2ème mois).